Les fondateurs du Festival de cinéma de Vesoul à l’honneur à Busan

Par Frédérique SCHNEIDER Journaliste à La Croix

Les fondateurs du Festival de cinéma de Vesoul à l’honneur à Busan

Martine et Jean-Marc Thérouanne, cofondateurs du Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul, rendez-vous des cinéphiles des cinémas d’Asie en France, ont reçu le Korean Cinema Award. Cette prestigieuse récompense leur a été remise le 4 octobre 2018 lors de la cérémonie d’ouverture du 23e Festival international du film de Busan (BIFF), en Corée du Sud, devant quatre mille personnes, dont des personnalités du cinéma venues du monde entier.

Martine et Jean-Marc Thérouanne, fondateurs du Festival des Cinémas d’Asie de Vesoul, arborant les statuettes en bronze du Korean Cinema Award qui leur a été décerné le 4 octobre 2018, lors de la cérémonie d’ouverture du 23e Festival international du Film de Busan.

« Chaque année, qu’il pleuve ou qu’il vente, ils sont présents de l’ouverture à la clôture du Festival international du film de Busan (BIFF) pour découvrir des films coréens qui seront ensuite projetés au public français. Ce travail fantastique de promotion doit être reconnu et encouragé ». Par ces mots, Jay Jeon, directeur du BIFF, a eu à cœur de féliciter Martine et Jean-Marc Thérouanne, qui recevaient le 23e Korean Cinema Award, le 4 octobre dernier, lors de la cérémonie d’ouverture. Ces deux Français, cinéphiles passionnés, ont vu ainsi récompensé leur engagement en faveur du cinéma coréen depuis un quart de siècle. Le couple honore en effet depuis neuf ans ce grand rendez-vous du
cinéma mondial pour y découvrir de nouvelles œuvres, discuter des films projetés et rencontrer réalisateurs et spectateurs. Avec pour objectif d’enrichir la programmation du Festival international des cinémas d’Asie (FICA) créé par ce couple en 1995, à Vesoul, en Haute-Saône, pour célébrer le centenaire du cinéma. Les frères Lumière étant natifs de Besançon une ville toute proche.

Mais cette année à Busan, rien ne s’est déroulé comme d’habitude pour les époux Thérouanne. Une limousine venue les chercher au Haeundae Grand Hôtel, les emmène au Grand Théâtre du Centre du Cinema, bâtiment monumental construit en 2011 par un cabinet d’architecture autrichien. A leur arrivée, comme pour les VIP, flashs des photographes et applaudissements de la foule des spectateurs les accueillent. Après les félicitations du directeur en chef du BIFF, Lee Yong-kwan, et de Jay Jeon, ils sont invités à parcourir le long tapis rouge de la salle du Théâtre où les attendent 4 000 spectateurs. Leur déambulation souriante, mais impressionnée par ce décorum, est retransmise sur écran géant par la télévision du festival. « La cérémonie d’ouverture est l’un des temps forts où se mêlent glamour, fête, spectacle, témoigne Martine Thérouanne. Nous avons été accueillis chaleureusement et fraternellement. C’est rare dans un événement de cette dimension ».

Cérémonie de clôture du Festival des Cinémas d’Asie de Vesoul 2016. Les fondateurs du festival Martine et Jean-Marc Thérouanne, leur directeur artistique Bastian Meiresonne (à droite), ainsi que tous les spectateurs présents dans la salle, brandissent des écriteaux « I SUPPORT BIFF » afin d’exprimer leur soutien au Festival de Busan.

Ce prix – une statuette en bronze représentant une pellicule de film stylisée pour chacun - est la reconnaissance internationale de 25 ans de travail et d’amitié avec le monde du cinéma asiatique. « Ce fut une surprise de recevoir fin juillet, la lettre d’invitation signée par Jay Jeon, nous annonçant notre nomination à cette récompense. Nous sommes très heureux d’avoir été considérés pour la qualité de notre travail, sans préjuger du lieu où le FICA est né, une ville moyenne de l’Est de la France », explique avec émotion Jean-Marc Thérouanne. « Nous avons la chance d’avoir de tels fans, lui répond Jay Jeon. Votre travail est fantastique, il se devait d’être reconnu et encouragé. Ce prix est un témoignage de notre considération et de notre respect ». Le Korean Cinema Award place le couple parmi un palmarès de noms prestigieux du 7e art : Gilles Jacob et Thierry Frémaux (Festival de Cannes), Charles Tesson (Semaine de la Critique) ou Dieter Kosslick (Festival de Berlin). « Depuis la création du FICA, la Corée est omniprésente dans nos vies, reconnaît Martine Thérouanne. En 2010, je suis venue pour la première fois au BIFF, en tant que membre du jury Netpac - Network For The Promotion Of Asian Cinema. Depuis, ce grand festival est devenu un rendez-vous incontournable pour mon mari et pour moi ».

C’est pourquoi recevoir ce Korean Cinema Award est un événement majeur dans le développement du Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul. Ce prix vient en effet couronner une longue histoire d’amour et d’amitié entre les époux Thérouanne et l’Extrême-Orient. « L’Asie est pour nous le continent du destin, assure Jean-Marc. Nous nous y sommes rencontrés avec Martine, lors d’un voyage en Thaïlande, en 1982 ». L’engouement pour cette région du monde de ce couple d’enseignants-documentalistes ne s’est depuis lors jamais démenti. On en veut pour preuve le dynamisme et la programmation du FICA, rendez-vous des amoureux de l’Asie en France.

Les Thérouanne passent toute l’année à le préparer, bénévolement, depuis la sélection des films jusqu’à l’envoi des courriers. Parcourant, avec leur complice et ami, Bastian Meiresonne, directeur artistique du FICA, qui les a rejoints en 2010, le Cambodge, le Laos, les Philippines, l’Indonésie, la Thaïlande, le Sri Lanka, la Mongolie ou la Corée à la recherche des meilleurs films. Il leur faut aussi récupérer les copies et même parfois en assurer le sous-titrage. Cette passion, ils la vivent ensemble, de façon « quasi fusionnelle », on les surnomme « le yin et le yang ». Dans les allées du cinéma Le Majestic, à Vesoul, où se déroulent les projections, ils ne sont d’ailleurs jamais très loin l’un de l’autre. Car ils y ont cru à ce festival, devenu le premier des rendez-vous du cinéma d’auteurs asiatiques en Europe, grâce à un public fidèle et de plus en plus nombreux. Lors de la dernière édition, en février 2018, près de 33 000 spectateurs sont ainsi venus témoigner d’une même passion, alors que la ville de Vesoul compte moins de 20 000 habitants !

Le FICA a grandi à l’ombre du BIFF qui figure parmi les cinq festivals les plus importants du cinéma avec Cannes, Berlin, Venise ou Toronto. Celui-ci rassemble en effet chaque année des experts du monde entier. Outre les projections de plus de 320 films, il possède un marché du film (Asian Film Market) attirant nombre de maisons de production. Il est aussi doté d’un organisme d’aide à la création, Busan Film Fund et d’une école de cinéma, l’Asian Film Academy. Toutes ces déclinaisons expliquent son succès : pendant une dizaine de jours, réalisateurs et acteurs côtoient le public, composé de spectateurs mais aussi de représentants d’ambassades, d’institutions culturelles, des organismes de promotion du cinéma.

Mais si le FICA, à Vesoul, fait figure de « petit », il tient toute sa place dans l’histoire du jeune cinéma coréen, apprécié à l’étranger depuis une dizaine d’années. Ce festival a en effet présenté 120 films coréens depuis sa création. Des cinéastes de ce pays y ont remporté une vingtaine de prix, dont trois Cyclos d’or – équivalent de la palme d’or à Cannes : Zhang Lu pour Grain in Ear (2006), O Myeol pour Jiseul (2013) et Lee Yong-seung pour 10 Minutes (2014). Le réalisateur Jeon Soo-il (2006) et la programmatrice Cho Young-jung (2005) ont été membres de jurys. Trois personnalités du cinéma coréen ont aussi reçu le Cyclo d’or d’honneur pour leur carrière : Lee Doo-young en 2005, Kim Dong-ho en 2011 et Im Sang-soo en 2016. Le jury international a été présidé par Lee Myung-se et Im Sang-soo, respectivement en 2011 et 2016, années consacrées à des rétrospectives du cinéma coréen. Sans oublier l’attribution de la médaille d’honneur de la Ville de Vesoul décernée à l’acteur Sin Song-il, en 1997.

Autre témoignage de cette amitié entre le cinéma coréen et Vesoul, le soutien indéfectible apporté au BIFF et aux artistes coréens au moment où ils étaient malmenés par la politique culturelle de l’ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, destituée en 2017 pour corruption. Le pouvoir n’avait en effet pas apprécié la projection d’un documentaire « Diving Bell », en 2014, fustigeant la gestion calamiteuse par le gouvernement du naufrage du ferry Sewol où 304 personnes avaient péri. Suite à cet épisode, le BIFF avait vu ses subventions diminuer. Une « liste noire » avec près de 10 000 artistes trop critiques (cinéastes, comédiens, mais aussi écrivains, peintres, etc) avait même à l’époque été établie par le pouvoir. En réaction, la cérémonie de clôture du FICA 2016 avait été marquée par la solidarité des 700 spectateurs du Théâtre Edwige Feuillère, à Vesoul, brandissant des écriteaux sur lesquels on pouvait lire : « I Support BIFF ». La photo de cette scène insolite avait été reproduite dans les médias coréens, marquant les esprits. L’édition 2017 du BIFF restait encore sous le coup de cette ingérence politique alors que la présidente Park avait été déchue du pouvoir depuis sept mois.

L’année 2018 devait donc être pour les organisateurs celle de la renaissance. « Nous espérons redevenir cet endroit qui rassemble tous les cinéastes », souligne Nam Dong-chul, un des responsables de la programmation. « Cette année est celle de la relance, celle où on renoue avec notre statut », rajoute Lee Yong-kwan, président du comité d’organisation. Pour l’ouverture, le BIFF n’aurait ainsi pu trouver plus à propos que la projection de « Beautiful Days », de Jero Yun, sur le sujet des retrouvailles d’une famille nord-coréenne, installée en Chine et dont la mère fait le choix de vivre en Corée du Sud. Tout un symbole de l’amitié franco-coréenne aussi, puisque ce jeune cinéaste de 38 ans ayant étudié en France, s’est retrouvé en compétition au FICA en 2017. Un talent prometteur qui n’avait pas échappé à la perspicacité des époux Thérouanne !





Cet article est extrait du numéro 97 de la revue "Culture Coréenne", publication du Centre Culturel Coréen. Pour découvrir ce numéro dans son intégralité, cliquez ici.


Les derniers programmes

affiche tout programme
Concerts / Spectacles
Dans le cadre du festival Mouvements

Dimanche 23 juin

Concerts / Spectacles
Concert du groupe nuMori

Vendredi 14 juin 19:00

Concerts / Spectacles
Concert de sortie du CD de Min...

Mercredi 12 juin 19:00