ContactsContacts
한국어

Accueil >  La Corée  >  Arts et culture  > Théâtre

Théâtre


Le théâtre coréen trouve ses origines dans les rites religieux préhistoriques ; c’est la raison pour laquelle la musique et la danse font partie intégrante de toutes les représentations de théâtre traditionnel.

Un bon exemple de cette forme théâtrale classique est la danse masquée nommée sandaenori ou talchum, une combinaison de dan-ses, de chants et de parties narratives ponctuées de moments de satire et d’humour. Légèrement différent d’une région à l’autre au niveau des styles, des dialogues et des costumes, ce genre remporta un remarquable succès populaire auprès des communautés rurales jusqu’au début du XXe siècle. Le pansori, long chant narratif basé sur des histoires populaires, ainsi que le kkokdukkaksi noreum, théâtre de marionnettes, tous deux interprétés par des artistes ambulants, remportèrent également un grand succès. Le rite chamanique connu sous le nom de gut fut une autre forme de théâtre religieux populaire. Bien qu’ils ne soient pas très courants, tous ces types de spectacles sont encore représentés aujourd’hui.

JPEG - 52.4 ko
Le JUMP
Spectacle impressionnant et actif d’arts martiaux, combine les arts anciens de combat coréens que sont le taekwondo et le taekkyeon avec les autres arts martiaux asiatiques. Le JUMP a remporté le Prix Comédie au Fringe Festival d’Edimbourg, au Royal Variety Performance, lors de l’édition 2006, dédiée au prince Charles et à la BBC. (Photo publiée avec l’aimable autorisation du Centre des Arts de Séoul)

Il y a en effet un petit nombre d’institutions qui offrent des représentations de spectacles variés, comme par exemple le Théâtre Jeong-dong, au centre de la capitale, qui propose un ensemble de spectacles traditionnels, de pièces de théâtres et de concerts.

La première représentation de singeuk (nouveau théâtre), qui s’inspirait des danses masquées et d’autres formes anciennes de théâtre, eut lieu en décembre 1902. Le théâtre moderne commença véritablement dans les années 1910 à la suite de l’ouverture de la première salle à l’occidentale, à Séoul, en 1908. Ce théâtre, le Wongaksa, fonctionna jusqu’en novembre 1909.

Les troupes Hyeoksindan et Munsuseong furent fondées par ceux qui rentraient en Corée à la suite de leurs études au Japon. Elles créèrent ce que l’on appela alors le théâtre sinpa (nouvelle vague). Il s’agissait d’un concept qui s’opposait au théâtre gupa (vieille vague) représenté au Japon par le kabuki. Les premières pièces traitèrent de thèmes politiques et militaires, puis se diversifièrent en jouant des histoires policières, des drames et des tragédies.

Alors que le genre sinpa souffrait avec le temps d’un manque d’engouement, une véritable nouvelle vague théâtrale démarra autour des artistes ralliés au Wongaksa, qui ouvrirent la voie au théâtre moderne. En 1922 fut formé Towolhoe, un club qui rallia les principales figures du monde du théâtre. Il orienta le mouvement théâtral à travers le pays, jouant plus de 87 fois. Le théâtre resta populaire jusque dans les années 1930, mais eut du mal à subsister dans la tempête des deux décennies suivantes. Les années 1960 furent également difficiles, à la suite de l’engouement populaire pour le cinéma et la télévision.

JPEG - 20.9 ko
Centre culturel Sejong, à Séoul
La plus grande salle polyvalente de spectacles est situé au coeur de la capitale.
JPEG - 28.7 ko
L’Opera House, dans le Centre des arts de Séoul
D’une très belle architecture, la Maison de l’Opéra est composée de trois théâtres séparés.

Dans les années 1970, un certain nombre de jeunes artistes commencèrent à étudier et à adopter le style et les thèmes des formes traditionnelles comme les danses masquées, les rituels chamaniques et le pansori. La Fondation coréenne des Arts et de la Culture organisa alors un festival annuel, dans le but d’encourager le développement des représentations théâtrales. A présent, un grand nombre de troupes sont actives tout au long de l’année, représentant tous les styles et les genres, depuis la comédie jusqu’aux drames historiques épiques, dans de petites salles le long de l’avenue Daehangno, au centre de Séoul. Certaines représentations ont connu un énorme succès et ont tenu l’affiche pendant longtemps.



Arts et culture

Tout afficher

Printemps / Ete 2016 N°92

Cliquez-ici

Haut de la page