ContactsContacts
한국어

Accueil >  Programme  >  Conférences / Rencontres  >  Conférences / Rencontres  > Rencontre avec Oh Jung-hi et Lee Seung-u

Rencontre avec Oh Jung-hi et Lee Seung-u

Le 12 septembre 2014

De 18h30 à 20h00

Centre Culturel Coréen

2 avenue d’Iéna
75116 Paris



Vendredi 12 septembre 2014 à 18h 30 au Centre Culturel

Exceptionnellement réunis à l’occasion de leur venue en France – où ils sont invités d’honneur du festival « Place aux nouvelles » de Lauzerte (près de Montauban) – les écrivains Mme Oh Jung-hi et M. Lee Seung-u vont présenter, chacun, leur recueil de nouvelles traduit en français chez Serge Safran éditeur : Le Quartier chinois et Le Vieux Journal.

Le Quartier chinois, trois longues nouvelles où domine le regard naïf mais lucide de jeunes enfants, notamment des fillettes, sur une ville portuaire détruite par la guerre, les préparatifs de festivités municipales ou le délitement d’une famille en l’absence du père…
La sensibilité d’Oh Jung-hi s’exprime toujours de façon subtile et pudique, et dote ses personnages d’une grâce qui fait glisser sur eux le malheur ambiant.

Le Vieux Journal de Lee Seung-u, met en scène, en huit nouvelles aussi brillantes que désespérées, des personnages qui vivent des situations à la fois rocambolesques et tragiques. Acculés à la dépossession de leurs biens et à l’exil, ils se trouvent mis à mal par des cascades de mauvais coups. N’y aurait-il pour eux d’autre salut, alors, que dans l’écrit ? Comme chez Kafka, l’humour sous-tend l’absurdité du monde.

Oh Jung-hi, née à Séoul en 1947, a connu la guerre de Corée (1950-1953), le coup d’État en 1961, la « rénovation » du président Park Chung-Hee… Son roman l’Oiseau (Seuil, 2005), traduit en une dizaine de langues, a reçu le prix Liberatur en Allemagne…

Lee Seung-u, né à Jangheung en 1959, a obtenu plusieurs grands prix littéraires dans son pays et a déjà plusieurs romans traduits en français, dont La Vie rêvée des plantes (Folio). Le Vieux Journal est son premier recueil de nouvelles traduit en français.

A voir aussi :

Le Regard de midi commence avec la phrase « Je n’ai pas de père » que prononce un jour ce fils heureux et choyé. Phrase fatale qui va rompre à jamais la douce quiétude dans laquelle il vivait jusqu’à ses trente ans. Désormais, sa quête sera éperdue. Et lorsqu’il découvrira que son père est un homme politique en pleine campagne électorale, sa marche vers la reconnaissance paternelle semée d’embûches nous donnera l’occasion de comprendre, comme toujours chez Lee Seung-u, les méandres de l’âme humaine.

Le Regard de midi est paru chez Decrescenzo éditeurs.

Festival « Place aux Nouvelles »

Manifestation littéraire unique en son genre consacrée à la nouvelle
Les 13 et 14 septembre à Lauzerte
Pour toute information : http://www.placeauxnouvelles.fr




Conférences / Rencontres

Tout afficher

Printemps / Ete 2016 N°92

Cliquez-ici

Haut de la page