ContactsContacts
한국어

Accueil >  Infos  >  Communiqués de presse  > Hip-hop et cithares traditionnelles de Corée

Hip-hop et cithares traditionnelles de Corée


avec Last For One
et le Sookmyung Gayageum Orchestra

Pour la première fois en France, le musée du quai Branly présente la rencontre entre l’ensemble coréen Last for One, consacré meilleur groupe de hip-hop au monde en 2005 et 2006 et le Sookmyung Gayageum Orchestra, ensemble féminin de musique traditionnelle de Séoul.

Depuis quelques années, les B-boys, jeunes breakers coréens débordant d’énergie, sont de plus en plus adulés de la jeunesse coréenne et omniprésents dans les médias. Leur passion dévorante, leur alacrité communicative, leur acrobatique technique de danse, ainsi que le rayonnement de plusieurs troupes (ou « crews ») coréennes qui ont remporté des prix importants dans les grandes compétitions internationales, ont contribué à ce que le break dance devienne un véritable phénomène social et certains breakers de véritables stars de la nouvelle génération coréenne. Ayant acquis, de par leur grosse popularité, une vraie valeur commerciale, ils jouent maintenant dans des films, des feuilletons de télévision, tournent des spots publicitaires et deviennent même les héros de jeux vidéo…

Les premiers breakers étaient apparus à Séoul dans les années 1980 mais ils restaient, à l’époque, cantonnés dans l’ « underground ». Puis, la pénétration en Corée du mouvement hip-hop, arrivé des Etats-Unis au début des années 1990, a contribué à mettre en lumière le break dance. Ainsi, les breakers ont commencé peu à peu à se faire connaître sur la scène musicale. Ce n’est qu’en 1997 que fut créée « Expression », la première vraie troupe coréenne de break dance qui ouvrira la voie à d’autres « crews ». A partir des années 2000, avec nombre de victoires remportées par les troupes coréennes dans les compétitions internationales –Battle of the Year en Allemagne, USA Freee Style Session, UK B-Boy Championship, Red Bull BC One…–, les breakers coréens connaîtront une vraie consécration. On assistera alors à une extraordinaire percée du break dance sur la scène artistique.

Encouragés par la reconnaissance dans leur propre pays et d’éclatants succès dans les compétitions internationales et les festivals (Edinbourgh Fringe Festival et bien d’autres), les B-boys coréens partent actuellement de plus en plus à la conquête de publics étrangers.

Ainsi, la très célèbre troupe « Last for One », qui a déjà remporté plusieurs prix importants dont la Battle of the Year 2005, a enthousiasmé les Londoniens en mars 2007 avec sa comédie musicale « Spin Odyssey », l’aventure étant appelée à se poursuivre aux Etats-Unis, au Japon et en Chine.

« Last For One », l’une des troupes de break dance parmi les plus connues en Corée et, depuis quelques années, sur la scène internationale, avec son célèbre leader CHO Sung Gook, se donnera 3 spectacles à Paris du 26 au 28 juin.

En cette occasion, le public français pourra aussi découvrir - première en France-, un mélange original et artistement réalisé de break dance et de cithare traditionnelle coréenne, grâce à la participation au spectacle du Sookmyung Gayageum Orchestra.

**Informations pratiques
►Tarifs : 20€ (14€ en tarif réduit)
►Réservation : FNAC, Ticketnet ou au musée du quai Branly (tel. 01
56 61 71 72, www.quaibranly.fr)
► Lieu :
Théâtre Claude Lévi-Strauss
Musée du quai Branly
37 quai Branly ou 218 rue de l’Université - 75007 Paris

**Pour (sa)voir plus sur la troupe Last For One
►Battle of the Year 2005
http://fr.youtube.com/watch?v=mV-N7jdETqM&feature=related

►Battle of the Year 2006
http://fr.youtube.com/watch?v=Gl0rbZabYnY&feature=related



Communiqués de presse

Tout afficher

Printemps / Ete 2016 N°92

Cliquez-ici

Haut de la page