ContactsContacts
한국어

Accueil >  La Corée  >  Arts et culture  > Cinéma

Cinéma


Le premier film réalisé en Corée fut projeté en 1919. Intitulé Juste vengeance, il s’agissait de ce que l’on appelle un « cinédrame », conçu pour être lié à une représentation sur scène. Le premier long étrage, Serment sous la lune, fut projeté en 1923. En 1926, le très charismatique acteurréalisateur Na Un-gyu reçu un accueil enthousiaste de la part du public pour son film Arirang, une protestation cinématographique contre l’oppression japonaise.

Après la Guerre de Corée, en 1953, l’industrie du cinéma fut florissante pendant une dizaine d’années. Elle connut par la suite deux décennies de stagnation causées principalement par le rapide développement de la télévision. Depuis le début des années 1980, cependant, elle a regagné une certaine vitalité grâce surtout à de jeunes réalisateurs talentueux, qui ont rejeté avec audaces les vieux stéréotypes. Leurs efforts ont remporté un certain succès et leurs films ont été reconnus dans différents festivals internationaux, à Cannes, Chicago, Berlin, Londres, Tokyo et Moscou entre autres. Cette tendance positive s’est accélérée dans les années 1990, avec une augmentation du nombre des réalisateurs tournant des films qui, par l’image qu’ils donnent des expériences et des sentiments coréens les plus uniques, ont touché le coeur d’une nouvelle génération de spectateurs à travers le monde.

JPEG - 84.2 ko
Old Boy, 2003, réalisé par Park Chan-wook
La film raconte l’histoire d’un homme emprisonné pendant quinze ans, qui n’en connaît pas les raisons et qui cherche désespérément à les savoir. L’oeuvre a remporté le Grand Prix du Jury au Festival du film de Cannes, en 2004.


En 2000, Chunhyangjeon (l’« Histoire de Chun-hyang »), film réalisé par Im Kwon-taek, a été le premier film coréen à entrer en compétition au Festival international du Film de Cannes. Quatre autres films furent présentés hors compétition. Le film Seom (l’Ile) fut présenté au Festival international du Film de Venise et Bakhasatang (Bonbon à la menthe) a reçu trois récompenses lors du trente cinquième Festival de Film Carlo Bivari. En 2001, à la suite de ces films, Joint Security Area a été sélectionné au Festival international du Film de Berlin et un autre film du réalisateur Kim Ki-duk, Adresse inconnue, est entré en compétition au Festival international du Film de Venise.

Le cinéaste Park Chan-Wook a reçu le Grand Prix du jury au Festival du cinéma de Cannes, en 2004, pour son film Old boy. Il a également remporté le Prix du meilleur metteur en scène lors des deux dernières éditions du Festival international du cinéma de Bangkok, pour le même film, en 2005, et pour Lady Vengeance, en 2006.

L’intérêt du public pour le septième art a monté en flèche, tandis que plusieurs événements internationaux ont été organisés par des autorités provinciales ou des organisations privées, dont le Festival international du film de Busan, le Festival international du film fantastique de Bucheon, le Festival international du film de Jeonju et le Festival du film féminin de Séoul.

Comme dans d’autres pays, l’industrie cinématographique coréenne voit une expansion notable de sa production de métrages d’animation avec plus de 200 compagnies actives en ce domaine.

JPEG - 17.5 ko
Secret Sunshine, 2007, réalisé par Lee Chang-dong
L’histoire insiste sur une femme faisant face à la mort de son mari et de son enfant. Ce film a valu à Jeon Do-yeon le Prix de la meilleure actrice au Festival du film de Cannes, en 2007.
JPEG - 12.3 ko
Poetry, 2010, réalisé par Lee Chang-dong
Le film « Poetry » relate l’histoire d’une dame âgée prénommée Mi-ja qui, confrontée aux actions de son petit-fils alors qu’elle est au soir de sa vie, trouve du réconfort en écrivant des poèmes. Le film a remporté le Prix du Scénario au Festival de cannes 2010 (photo publiée avec l’aimable autorisation de FineHouse Film)


L’industrie du cinéma et du dessin animé, ainsi que celles de la vidéo et des jeux en ligne connaissent ainsi une forte croissance en Corée alimentée par l’excellente tenue du service de l’Internet à haut débit. En 2007, suite à la réduction drastique du nombre de productions cinématographiques soumises au quota, 392 longs métrages ont été projetés en Corée, soit une augmentation de 60% par rapport à 2003. 112, soit presque 30%, de ces films étaient des créations coréennes.

A lire :

Télécharger le document dossier-50filmspourdecouvrirunehistoire.pdf (PDF : 55.2 ko)

Télécharger le document dossier-uneformulemagique.pdf (PDF : 75.8 ko)



Arts et culture

Tout afficher

Printemps / Ete 2016 N°92

Cliquez-ici

Haut de la page