ContactsContacts
한국어

Accueil >  Programme  >  Concerts / Spectacles  > « Ssitgimgut de l’île de Jindo » Rituel chamanique et chants funéraires

« Ssitgimgut de l’île de Jindo » Rituel chamanique et chants funéraires

Le 8 avril 2016

De 20h30 à 21h30

Les Dominicains de Haute-Alsace
34, rue des Dominicains
98500 Guebwiller


Le 10 avril 2016

De 17h00 à 18h00

Maison des cultures du Monde
101, boulevard Raspail
75006 Paris



Vendredi 8 avril à 20h 30 à Guebwiller et dimanche 10 avril à 17h à Paris


Chamanes, musiciens, chanteurs et danseurs de l’Île de Jindo

Située au sud-ouest de la péninsule coréenne, dans la province du Jeolla du sud, l’île de Jindo en est séparée par un étroit bras de mer. Les pratiques musicales et rituelles de l’île se rattachent donc à la culture du Jeolla mais du fait de son long isolement, elles sont restées particulièrement pures et intenses. À l’instar de Bali, Jindo est aussi une île des dieux et de la musique. Pourtant, aucune programmation ne lui avait été consacrée.

Une vingtaine de membres de la communauté de Jindo dont des femmes chamanes, une chanteuse, une danseuse, des musiciens traditionnels, nous invitent à découvrir quelques aspects de leurs rites funéraires. Dans un pays où l’on pratique le culte des ancêtres, les funérailles sont en effet particulièrement riches du point de vue symbolique, musical et gestuel et le chamanisme, la religion la plus ancienne de Corée, y joue un rôle central.
Le terme ssitgimgut signifie littéralement : rituel pour laver les sentiments d’amertume et de rancune éprouvés par le défunt ou la défunte au moment de son trépas. La chamane doit donc apaiser et purifier l’âme du mort avant de l’aider à passer dans l’autre monde. Ce faisant, elle rétablit l’harmonie que le décès a rompue au sein de la famille et de la communauté.

Le rituel se déroule dans un décor d’offrandes et d’objets symboliques où domine la couleur blanche. Sa liturgie très précise se déroule comme un drame aux allures de performance où, tout au long de ses dix actes successifs, se mêlent gestes symboliques, chants, danses et musique instrumentale improvisée. Au moment culminant, les participants se massent de part et d’autre d’une interminable bande de tissu blanc qui représente la route empruntée par le défunt pour rejoindre le monde des morts. Ensuite, la bière, drapée et décorée de guirlandes, de fleurs en papier et de rubans, est portée comme un palanquin en une longue procession jusqu’à sa tombe, accompagnée par le jeu des gongs et les chants sangyeo sori des porteurs funéraires.

La beauté formelle de ces cérémonies introduit une distanciation qui en magnifie l’essence dramatique. Rites certes, mais aussi spectacle esthétique et sensible que les participants se donnent à eux-mêmes et à leurs visiteurs. Un magnifique moment d’ethnoscénologie.

P.B.




Les dominocains de Haute-Alsace
34, rue des Dominicains
68500 GUEBWILLER
www.les-dominicains.com
Tél. : 03 89 62 21 82

Maison des Cultures du Monde
101, boulevard Raspail
75006 PARIS
www.festivaldelimaginaire.com
Tél. : 01 45 44 72 30




Concerts / Spectacles

Tout afficher

Printemps / Ete 2016 N°92

Cliquez-ici

Haut de la page