ContactsContacts
한국어

Accueil >  Programme  >  Concerts / Spectacles  > Spectacles coréens au Théâtre de la Ville de Paris

Spectacles coréens au Théâtre de la Ville de Paris

Du 11 janvier 2016 au 23 janvier 2016

De 16h00 à 22h00

Théâtre des Abbesses
31, rue des Abbesses
75018 Paris
Tel : 01 42 74 22 77


De 12h30 à 20h00
Théâtre de la Ville
- Café des œillets
2, place du Châtelet
75004 Paris
Tel : 01 42 74 22 77



Du 11 janvier 2016 au 23 janvier 2016
au Théâtre de la Ville de Paris

Dans le cadre de l’Année France-Corée, le Théâtre de la Ville met à l’honneur le spectacle vivant coréen. C’est à travers cinq spectacles originaux que le public parisien pourra découvrir et apprécier la richesse et l’inventivité de l’art de la scène coréen, entre tradition et expérimentation.


Du 11 au 15 janvier
Théâtre des Abbesses, 20h30

« Here is < direction > », première française
Lee Eungyeol, maître magicien coréen renouvelle l’art de l’illusion

Le réel parfois semble se dérober aux règles orthonormées qui régissent le monde ici-bas… Les magiciens le savent, qui par exemple font surgir sous nos yeux ébaubis les objets à peine imaginés dans notre esprit ou bien tronçonnent allègrement les corps puis les recollent. Lee Eungyeol est un maître en la matière. Sommité auréolée de prix et récompenses, l’artiste coréen manie aussi bien les techniques traditionnelles de l’illusionnisme que les technologies les plus avancées. Dans Here is , il dévoile quelques « trucs » dans un spectacle qui tient autant de la conférence, richement illustrée, que de la démonstration virtuose. Secondé par un metteur en scène-traducteur, Lee Eungyeol nous fait découvrir l’histoire et la variété de la magie… mais garde le secret de ses numéros époustouflants !


Du 12 au 16 janvier
Théâtre de la Ville - Café des Œillets

« L’Histoire de Dallae », spectacle de marionnettes
Auteur et mise en scène : Jo Hyun-san,
Marionnettes, costumes : Ru Ji-yun

Spectacle de marionnettes contemporaines sans paroles, basé sur des techniques traditionnelles, L’Histoire de Dallae évoque le quotidien d’une famille pendant la guerre. Les efforts de chacun pour surmonter la souffrance et les privations, l’importance des liens familiaux et la force de l’amour… tout cela vu à travers les yeux d’une fillette. Au-delà de l’histoire singulière de la Corée, qui a particulièrement souffert de la guerre, l’expressivité du jeu, la musique et la qualité visuelle de l’ensemble en font un spectacle à la portée universelle.

Tout public à partir de 9 ans.

Mardi 12 janvier à 15h30
Mercredi 13 janvier à 15h00
Jeudi 14 janvier à 14h30
Vendredi 15 janvier à 15h30
Samedi 16 janvier à 15h00 et 18h00


Du 19 au 23 janvier
Théâtre de la Ville - Café des Œillets

« Un arbre et un garçon », spectacle de marionnettes par la Compagnie Thebefu

Spectacle de marionnettes sans paroles, Un arbre et un garçon fait un joli parallèle entre la vie d’un garçon et la croissance d’un arbre. Rythmée par les saisons, du printemps à l’hiver et de nouveau au printemps, l’histoire se déroule avec la simplicité d’un conte pour transmettre aux plus jeunes la pensée coréenne traditionnelle sur le grand cycle de la vie.
La compagnie Thebefu est une ONG très active dans le domaine de la culture et milite pour favoriser l’accès des enfants et des adolescents à l’art.

Tout public à partir de 6 ans.

Mardi 19 janvier à 15h30
Mercredi 20 janvier à 15h00
Jeudi 21 janvier à 14h30
Vendredi 22 janvier à 15h30
Samedi 23 janvier à 15h00 et 18h30


Du 19 au 23 janvier
Théâtre des Abbesses , 20h30

«  As time goes by », création de Ju-hyun Jo, avec Jae-seung Kim et In-hye Park
« Antipode  », création de Fabrice Lambert avec Namjin Kim

Le chorégraphe Fabrice Lambert imagine l’espace sophistiqué d’un dialogue avec son homologue coréen Kim Namjin. Ce dernier lui a demandé un solo, qu’il danse avec puissance sous le titre Antipode. L’antipode est un point absolument opposé ; pourtant relié. L’artiste français pense alors à une façon de relier deux pôles : il conjugue la lourde pulsation d’un pendule de Foucault (Léon) et l’incisive pensée de Foucault (Michel) sur la construction mêlée des axes de regard.
Dans le même programme, une autre chorégraphe coréenne aujourd’hui en vue, Jo Ju-hyun, conjugue d’autres dualités : elle confie à un danseur traditionnel, masculin, une danse de création en mémoire de sa propre arrière-grand-mère. Ce poème de gestes orientaux contemporains s’accompagne de la musique de Schubert et de chant traditionnel coréen.


Samedi 23 janvier
Théâtre des Abbesses , 16h

« Halla San  », concert Pansori et littérature
Par les Percussions claviers de Lyon et une soprano coréenne
Direction musicale : Gilles Dumoulin

Librement inspiré par le pansori, art du récit chanté coréen que le public français apprécie de plus en plus ces dernières années, et par le livre de Nicolas Bouvier Journal d’Aran et d’autres lieux, Arnaud Petit a créé cette œuvre originale, interprétée une soprano coréenne et Les Percussions Claviers de Lyon. Des œuvres du compositeur coréen Choe Uzong, qui a résidé en France, et des Préludes de Claude Debussy, compositeur attiré par la musique d’Asie, compléteront cette soirée fascinante, à la croisée des regards entre la France et la Corée.


Réservations sur www.theatredelaville-paris.com




Concerts / Spectacles

31/05/2017 - 02/06/2017

Tout afficher

Automne / Hiver 2016 N°93

Cliquez-ici

Haut de la page