ContactsContacts
한국어

Accueil >  Programme  >  Expositions  > « On n’est pas tout seul au monde » Exposition de Sun Mi KIM

« On n’est pas tout seul au monde » Exposition de Sun Mi KIM

Du 13 février 2015 au 28 mars 2015

De 13h00 à 19h00

Galerie Lélia Mordoch

50 rue Mazarine
75006 Paris
Tél : 01 53 10 88 52



Du 13 février au 28 mars 2015 à la Galerie Lélia Mordoch

Vernissage : jeudi 12 février 18h-21h

La poupée a grandi avec l’enfant et lorsque l’enfant a cessé de grandir la poupée a continué. Sun Mi Kim commence une nouvelle vie loin de son pays natal. La rupture est certaine mais le lien demeure. Sun Mi est coupée en deux, une partie d’elle-même est restée là-bas dans la lointaine Corée, une autre est là en France et entame une autre vie, apprend une autre langue, dévore une autre culture où le pain remplace le riz.

Sun Mi découpe sa poupée en deux et relie ses deux parties par des fils extensibles. Les spectateurs tirent sur les fils. La poupée est devenue plus grande que la femme. La taille est devenue symbolique car ce n’est pas parce que l’on cesse de grandir qu’on ne devient pas plus grand. C’est grâce aux autres que l’on grandit un peu plus chaque jour.

Les fils dans l’oeuvre de Sun Mi symbolisent la relation aux autres et à l’univers. C’est pourquoi ils marquent le monde de Sun Mi qui à plusieurs reprises s’est retrouvée dans le comas entre la vie et la mort reliée à des machines, reliée à l’existence par les fils très visibles d’une salle de réanimation.

Les fils et les gouttes de pluies de la grotte où elle s’était réfugiée avec ses parents et sa soeur en Corée sont les éléments fondateurs d’une oeuvre humaniste et optimiste où les êtres et le cosmos résonnent en harmonie.

D’une étoile à l’autre, d’une toile à l’autre, d’une femme à l’autre passe un fil de soie rouge. Le rouge et le vert. Parfois le blanc, un coquillage ou une mariée, une mariée trop blanche éclaboussée de rouge mais toujours dans cette oeuvre qui parfois rejoint l’abstraction lyrique, une géométrie rigoureuse comme si la vie n’était pas hasard mais karma. Une touche de noir.

Pluie et transparence, spiritualité, sur les chemins de la création, au-delà du miroir, il y a l’autre, la poupée qui ne cesse de grandir tandis que Sun Mi ne cesse de peindre.

Lélia Mordoch


Télécharger le dossier  : mordoch_sunmikim_cp.pdf (898.2 ko)




Expositions

01/12/2016 - 14/01/2016

Tout afficher

Printemps / Ete 2016 N°92

Cliquez-ici

Haut de la page