ContactsContacts
한국어

Accueil >  Programme  >  Expositions  > « Monopoly » Exposition de Hoh Woojung

« Monopoly » Exposition de Hoh Woojung

Du 28 octobre 2015 au 18 novembre 2015

De 09h30 à 18h00

Centre Culturel Coréen

2 avenue d’Iéna
75116 Paris



Du 28 octobre au 18 novembre 2015 au Centre Culturel

VERNISSAGE LE MERCREDI 28 OCTOBRE À 18H

Hoh Woojung peint des images inspirées des médias, notamment des journaux ou des sites web d’actualité et de leurs sources visuelles. Évocatrices et intrigantes, telle une énigme à résoudre, ces images sont en noir et blanc, souvent spectaculaires à la fois par leur contenu et par leurs dimensions. Visages effacés et obscurcis, entourés d’étranges créatures, paysages nocturnes suggérant une ambiance lugubre, rails cassés, labyrinthes, grottes… A travers ces images, l’artiste nous livre une vision sombre et menaçante de la société d’aujourd’hui.

Se référant à l’univers de la BD, Hoh se sert, dans son travail, des éléments qui y sont utilisés : la case, la bulle, l’appendice, l’onomatopée…. Ce procédé lui permet de créer un espace à plusieurs temporalités différentes – dynamique ou « animé » – dans lequel une succession d’événements est présentée simultanément sur un seul plan.

Dans une case de très grande dimension, pouvant aller jusqu’à plus de 4 m de haut, les images composées de personnages et de paysages se mêlent ainsi à divers éléments dont les bulles qui prennent une place particulière dans les peintures de Hoh. Reliée au personnage, une bulle de BD (aussi appelée phylactère) contient en principe les paroles ou pensées du sujet. Mais chez lui, les bulles demeurent sourdes et, bien que vides, presque oppressantes.

En fait, dans les œuvres de Hoh, le phylactère est à la fois une métaphore de la communication et l’élément fondateur de l’espace pictural. Il s’agit donc d’un composant indépendant, autonome, qui ne participe pas à la traditionnelle association image-texte qui fait sens dans la BD. Les bulles de Hoh, évidées, deviennent aussitôt envahissantes et fournissent à l’histoire autant d’indices que des paroles. Hoh Woojung nous dévoile, à sa manière, les flux d’information, qui se déploient cependant dans une opacité redoutable. Ce faisant, il nous permet de mieux appréhender l’impact des médias sur la perception du monde.

Né en 1987 à Séoul, Hoh Woojung arrive à Paris pour y poursuivre ses études après avoir passé son bac en Corée. Il commence sa formation artistique à l’École des beaux-arts de Paris et y obtient un DNSAP avec félicitations du jury à l’unanimité. Il compte à son actif, à ce jour, une quinzaine d’expositions collectives et une exposition personnelle à la Galerie de l’Europe, suite au Prix Jung-Hun Mécénat obtenu en 2014.




Expositions

01/12/2016 - 14/01/2016

Tout afficher

Printemps / Ete 2016 N°92

Cliquez-ici

Haut de la page