ContactsContacts
한국어

Accueil >  Diplomatie culturelle  >  COP21 Paris en 2015  > La Présidente axe son discours sur la réduction de gaz à effet de serre

La Présidente axe son discours sur la réduction de gaz à effet de serre


La Présidente Park Geun-hye a présenté les objectifs de la Corée pour créer de nouveaux marchés représentant 100 000 milliards de won (près de 81 milliards d’euro) et 500 000 nouveaux emplois en tirant avantage des nouvelles énergies, ce qui permettrait au pays de réaliser ses objectifs tels que mentionnés dans sa contribution prévue déterminée au niveau national dite « INDC » (pour l’anglais « Intended Nationally Determined Contributions ») . Elle avait pris la parole au cours de la 21ème session de la Conférence des Parties (COP21) qui se déroule actuellement à Paris.

La Présidente Park a prononcé une allocution consacrée aux « Stratégies pour le développement de nouvelles énergies à l’horizon 2030 » lors de la première session rassemblant les chefs d’Etat et du segment de haut niveau.


La Présidente Park Geun-hye a insisté sur la nécessité de réduire les émissions de gaz à effets de serre durant les 15 prochaines années en adoptant, dès à présent, des mesures pro-actives. Elle avait pris la parole le 30 novembre dernier, lors de la COP21 à Paris.

Réaffirmant son engagement à parvenir à un accord sur un nouveau cadre pour le climat post-Kyoto, la chef de l’Etat coréen a énuméré les stratégies de la Corée pour lutter contre les changements climatiques. Ces stratégies concernent notamment les objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la promotion de nouvelles industries énergétiques, le partage de nouvelles technologies et de modèles économiques innovants avec les pays en développement, ainsi que la participation à des discussions sur la création d’un marché international du carbone.

Le nouveau cadre pour le climat, dans l’éventualité où la conférence déboucherait sur un accord, devrait inciter les pays en développement, comme les pays développés, à participer et à souscrire à un mécanisme dans le cadre duquel chaque pays fixe volontairement des objectifs en termes de réduction de gaz à effet de serre, contrairement au Protocole de Kyoto. Ce traité, adopté par de nombreux pays en 1997 et qui a expiré en 2012, avait fixé des objectifs de réduction de gaz à effet de serre seulement pour les pays riches.


Exprimant son engagement envers un nouveau régime pour le climat, la Présidente a dévoilé les mesures de son pays pour créer de nouveaux marchés et emplois en tirant avantage des nouvelles technologies dans le domaine des énergies renouvelables, ainsi qu’en adoptant de nouveaux modèles économiques.

Dans son discours, la Présidente Park a présenté les mesures de la Corée pour créer de nouveaux emplois et marchés énergétiques. Parmi les mesures évoquées, la chef de l’Etat coréen a notamment proposé la création d’un marché de production d’électricité « pro-sumer »* permettant de vendre de l’électricité produite et stockée dans des infrastructures utilisant des énergies renouvelables. Mme Park a aussi exposé le projet « d’une île sans carbone » à Jeju.

« La Corée, qui possède les technologies énergétiques parmi les plus efficaces au monde, abrite une industrie manufacturière de premier plan et nous avons transmis un objectif 2030 fixant à 37% la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre par rapport au statu-quo (NDLT : si aucune mesure n’était prise et que la politique restait inchangée) », a affirmé la Présidente. Faisant référence au marché de production d’électricité « pro-sumer »*, elle a déclaré que ce marché permettrait à chacun de vendre de l’électricité produite et stockée dans des infrastructures alimentées par des énergies renouvelables et des véhicules électriques.

Elle a expliqué certaines des autres mesures décidées par la Corée, notamment l’entrée en application, étape par étape, d’une norme « empreinte carbone zéro » pour tous les bâtiments. La Présidente a ensuite évoqué le programme de l’île de Jeju visant à n’utiliser que les énergies renouvelables et à généraliser les véhicules électriques, projet qui s’inscrit dans la volonté des autorités de faire de Jeju une île sans carbone.

La chef de l’Etat coréen a également présenté les mesures de la Corée pour développer des modèles économiques répondant aux besoins du monde en développement et les projets de son pays pour diffuser ces modèles dans le cadre du Fonds Vert pour le Climat (GCF).

Mme Park a également expliqué le fonctionnement du projet de Jeju d’une île autonome en énergie, proposé comme modèle économique et approuvé par le GCF’. « Des systèmes photovoltaïques (NDLT : panneaux solaires) et des systèmes de stockage seront mis en place dans les usines d’Amazon alimentées en électricité produite par des centrales au fioul, ce qui permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de produire de l’électricité 24 heures sur 24 ».

La Présidente a aussi exposé le concept coréen de « ferme intelligente », un modèle soutenu par le GCF. « La température et l’humidité des serres, dont la conception a fait appel aux technologies de pointe alliées aux énergies renouvelables, peuvent être automatiquement contrôlées et ajustées, ce qui accroîtra la productivité, ainsi que la qualité de la production, et réduira les émissions de gaz à effet de serre, tout ceci grâce aux énergies renouvelables » a insisté la Présidente Park.

* NDLT : un acronyme pour produce+consumer, c’est-à-dire « produire et consommer ».

Source : http://french.korea.net/NewsFocus/Policies/view?articleId=131162



COP21 Paris en 2015

Tout afficher

Printemps / Ete 2016 N°92

Cliquez-ici

Haut de la page